Posts filed under ‘accords mets vins’

Freeeeeeeeeeee Styyyyyyyle

J’avais envie de faire un tagine aux figues. Mais impossible d’en trouver de fraiches quand je suis allée faire les courses. Donc, bien obligée d’improviser et de trouver une solution. La viande étant déjà achetée, de l’agneau…Alors, je me suis dit: » Soyons fous. Tentons un truc. »

J’ai donc pris des poires à cuire, et décidé de faire un tagine agneau-poires-miel-épices.

C’était une première, et un peu risquée, puisque je me lançais sans recette, et en ayant des invités. Un essai qui devait impérativement être transformé. Mais vu qu’ils ne sont manifestement pas morts, et qu’ils en ont même repris, je vous livre la recette.

Donc il vous faut:

1kg d’épaule d’agneau
10 poires à cuire
2 bonnes cuillères de miel
2 oignons
une pointe d’ail
2 c à soupe de ras el hanout
2 c à s de cannelle
4-5 grains de cardamone
1 c à café de piment d’espelette
le jus d’une orange
On commence par faire rotir les oignons à la poele. Quand ils sont bien dorés, direction le plat à tagine. Puis on dore bien la viande, et on lui ajoute l’ail. Une fois que c’est fait, hop dans le plat. Ensuite, dans la poele, on mets le miel, et les épices On laisse quelques secondes, chauffer, puis on ajoute l’équivalent d’un à deux verres d’eau.

On verse tout ds le plat, et on démarre le tagine. Au bout de deux heures de cuisson, on pèle et on evide les poires en tachant de les garder entière, et on les dispose dans le tagine. Plus longtemps ça cuit, le plus doucement possible, mieux c’est. Les poires doivent être fondantes et la viande doit se couper à la cuillère. Compter au moins quatre heures de cuisson. A la fin, saler, poivrer, selon le goût, et ajouter le jus d’une orange pour amener une pointe d’acidité.

Voilà, c’est tout.

Tres simple à faire, et délicieux.

Free style, quoi …

Publicités

27 décembre 2008 at 5:30 Laisser un commentaire

I’m back

D’abord, je vais commencer par vous dire merci à tous et toutes.Je ne suis pas douée pour ça, mais bon. J’ ai été très touchée, donc de gros bisous à tout le monde.

Reprenons:

J’ai une passion, que dis je une dévotion pour le fromage. Alors quand un grenoblois, j’ai nommé emmanuel ,me parle de morbiflette, mes oreilles se dressent, et je ne peux qu’être intriguée. Forcément, il fallait que je goûte.

De la tartiflette au morbier. De la vraie. Pas du gratin pour touristes ( hein, manu? ), mais de celles qu’on fait à la poele en fonte, en rissolant pommes de terres, echalotes, lardons, puis que l’on laisse cuire avec du vin blanc jusqu’à absorption, et où on laisse fondre le fromage, ici en l’occurence du morbier….

Hum!

Normalement, on pratique avec du reblochon ( pas de l’industriel ou comme je l’ai vu aussi, de ces tranches toutes prêtes de fromage à tartiflette?!), mais ici le morbier est très intéressant.

C’était délicieux, et par les froids qu’il fait, c’est le genre de plat qui fait plaisir.

Et qu’est ce qu’on boit avec ça ?

Et bien du vin du jura, assurément…

Pour ma part, j’ai accompagné avec un  » Vin de garde » 2002 de chez Ganevat, En chardonnay savagnin, élevé 48 mois en barriques( pas des fûts neufs, c’est juste pour l’oxygéntion, pas pour le goût de bois) sans ouillage ( L’ouillage est l’action qui consiste à remettre du vin dans les barriques pour éviter l’oxydation, car naturellement le vin a tendance à s’évaporer. Ne pas ouiller, peut permettre dans certaines conditions d’obtenir des vins de type « oxydatif », développant des arômes caractéritiques de noix ou de fruits secs le plus souvent).

Qu’est ce que ça donnait?

Un nez très gourmand, très pomme voire presque cidre, rond et mûr, une pointe minérale, en bouche on retrouve la pomme bien complétée par d’autres fruits blancs comme la poire, et la pêche blanche, une trace de santal, l’oxydatif léger se perçoit sur des arômes de raisins secs, et de noisettes,le plus étonnant est la grande fraicheur de ce vin, qui ne fait pas son âge. Leger, aérien, sans aucune lourdeur, on ne cesse de remplir son verre.

La belle fraicheur du vin relayait le gras du plat, le fumé des lardons répondait à la minéralité, pommes et pommes de terre se répondaient sur un ton familier. Bref.

C’était pas mal du tout.

10 novembre 2008 at 5:37 Laisser un commentaire

accord autour des fromages

On prend les mêmes et on recommence…Voici donc les trois bières choisies pour accompagner les fromages(voir post

Vous prendrez du fromage? ).

Une blonde La Chouffe, avec un agréable parfum d’agrumes,pas trop d’amertume. Bière blonde, forte, fruitée, épicée, légèrement
houblonnée, au goût évolutif. Bière naturelle,
refermentée en bouteille, non filtrée, non pas-
teurisée et sans additifs.

 

Avec celle-ci ,le Patachouffe allait bien(mais celà allait de soi non?),la Fontina également un très bel accord.Le bruzy et le bleu s’en sont sortis,mais ce n’était pas un accord vraiment idéal,juste honnête sans plus.La grande surprise est venue du Plaisir de Chablis qui a ébloui.Autant hier l’accord était compliqué avec le vin blanc,autant avec la bière…

Le taleggio était aussi très à son aise.

Comme deuxième biére,j’avais choisi une Orval.L’Orval est une bière ambrée de fermentation haute, présentant un volume d’alcool de 6,2 %. Elle est constituée exclusivement d’eau de source, de malts, de houblons, de sucre et de levures. L’ORVAL a un arôme et un goût houblonnés très typiques. Refermentée en bouteille,elle présente une bouche nettement marquée par l’amertume.

 

Avec cette bière plus puissante,Le Taleggio s’est de nouveau trouvé bien servi(peut être aidé par son côté fermier).Le Patachouffe et la Tomme vaudoise s’en sortent,mais pas avec les honneurs.Les meilleurs accords reviennent au Pont l’évèque(puissance contre puissance,amertume contre gras et tout ça en équilibre…), et la Rocheta(fromage aux trois laits ,me suis trompée de nom dans le premier post…méa culpa).Accord toujours sur le côté animal,les notes clairement ovines du fromage rencontront le côté sauvage de la bière.

La dernière bière vient de la brasserie familiale Malheur de Buggenhout.Lors de la prestigieuse Compétition Internationale de la Bière de l’Université d’agriculture de Tokyo au Japon, la bière Malheur 12° de Buggenhout a gagné une médaille d’or. La brasserie Malheur, de la Mandekensstraat à Buggenhout, a reçu récemment le trophée et le certificat, durant le Sommet International de la Bière à Osaka.

La malheur 12 ° est une bière rouge-brun forte avec refermentation dans la bouteille. Elle libère un remarquable bouquet de riches fleurs de houblon. La saveur entière bien arrondie reste facile à boire grâce à sa légère sucrosité de fin de bouche.Arômes de girofle ,de cardamone et d’orande amêre au nez.

 

Examen de passage réussi pour le bleu(le salé du fromage et le « sucré » de la bière s’accordant bien).Le Plaisir du chablis augmentait beaucoup l’amertume de la bière,c’est à voir.Le Taleggio encore une fois s’en est bien sorti.Le Pont l’évèque aussi.Le Patachouffe manquait un peu de profondeur.

Pour résumer:les meilleurs accords -Plaisir de chablis et Chouffe

-Fontina et Chouffe

-Pont l’évèque et Orval

-Rocheta et Orval

-Bleu et malheur

Si vous êtes attentifs,vous aurez constaté qu’il manque deux fromages.Le Saint félicien et le Selles sur Cher.Avec eux,impossible de trouver un accord,l’un en raison de son acidité et l’autre en raison de son manque d’acidité…Et ce n’est pas faute d’avoir essayé…

2 avril 2008 at 1:17 Laisser un commentaire

Accord autour des fromages

De nouveau une soirée fromage au programme mais celle -ci va s’effectuer en deux parties:la première concernera l’accord fromages et vins,la seconde fromage et bières…

D’abord je tenais à parler de la cremerie qui m’a fourni les fromages,il s’agit de la crèmerie Saint Simeon,basée à Houtaing st Simeon et présente notamment sur le marché d’Amay(le samedi).Si vous êtes dans le coin,allez y faire un tour.Freddy Hendrix connait ses fromages et leurs degrés d’affinage sur le bout de ses doigts et sais vous conseiller parfaitement.Ceci étant dit,voici la liste des fromages dégustés:

-Tomme suisse vaudoise,légère croûte fleurie

-Selles sur cher affiné mais pas trop

-Fontina d’Aoste

-Pont l’évèque

-Patachouffe(affiné à la bière)

-Bruzy maigre

-St félicien

-Tallegio fermier

-Plaisir au chablis

-Bottera pagliettina(aux trois laits)

-Bleu espagnol Questo

Avec ça,nous avions deux vins,un rouge et un blanc:

-« fragile »,Anjou blanc,cépage chenin,2006,dom de la grange aux belles(en bio)

-« La Ponce »,Rasteau,cépages 80 % grenache,20 % de syrah,2004,dom des Escaravailles
L’anjou a un nez assez mûr de confiture d’abricot et de miel,mais la bouche est elle tout en fraicheur,sur des fruits frais(pêche jaune,abricot,poire) ce qui est assez déroutant car au nez on pense avoir une bouche sucrée,finalement pas du tout…

Le Rasteau a un nez très expressif de réglisse,de fruits rouges compotés,de tabac blond,de poivre torréfié.La bouche se révèle tout aussi expressive,pleine et ronde,avec et c’est à noter pour Rasteau,une belle fraicheur tout de même(Rasteau étant une des appelation les plus « chaudes » du Rhône,ses vins ont tendance parfois à partir vers des côtés alcooleux en fin de bouche assez désagréables…).

Pour le Selles sur Cher,le blanc fait des merveilles en se mariant à l’acidité du fromage.Le rouge est un peu dépassé par les évènements…

Le saint félicien a préféré le rouge,le blanc étant trop délicat pour son gras et ses arômes puissants.

La tomme suisse s’est accomodée des deux,avec tout de même une petite tendance vers le rouge…

Le pont l’évèque,le Patachouffe et le Bruzy etaient en parfaite connivence avec le rouge,les épices de l’un et sa fraicheur contrebalancant le côté fort en gueule des autres…

La fontina(superbe de douceur), et le tallegio fermier s’entendaient à merveille avec le blanc,rondeur et fraicheur,douceur et fruité…

Le petit Chablis n’était en parfait accord avec aucun,il lui aurait fallu un blanc plus nerveux…

Le Botera(lait de vache ,brebis,chèvre),étonnant avec une dominante ovine bien présente mais sans le « piquant »…Superbe mariage avec le blanc!

Pour le bleu,comme le taux de sel est très peu présent,le rouge peut convenir ,toutefois je lui ai préfére le blanc…question de goût!

Résultat….égalité!

A demain pour l’accord bières et fromage!

29 mars 2008 at 1:11 Laisser un commentaire

Accords mets vins

Alors puisqu’on est aussi là pour s’amuser,il m’est venu hier soir (et tard) une idée.Les accords mets et vins c’est très bien mais c’est toujours dans le même sens ou presque.On choisit d’abord une recette et ensuite on lui trouve un vin…pourquoi ne pas le faire dans l’autre sens?Qu’est ce qui empêcherait après tout de choisir d’abord le vin et puis d’imaginer une recette pour lui tenir compagnie?C’est ce que je vous propose de faire,alors allez y ,n’hésitez pas à faire travailler votre imagination,toutes les recettes seront les bienvenues…

Voici l’objet de votre attention:un vin du Rhône rouge,La glacière à Ferdinand,qui ne bénéficie pas d’aoc.

C’est un vin naturel,presque sans souffre.Les cépages en sont grenache,syrah et carignan à parts égales et 20% de mourvèdre.

Au niveau des arômes,c’est un vin plein,fruité(fruits rouges mûrs)avec tout de même une belle fraicheur,une pointe de réglisse.Il est assez puissant et droit et développe en finale une pointe acidulée.Malgré sa matière,il glisse tout seul grâce à des tannins fins .Je lui trouve un côté très gourmand,avec un chouia de violettes.Un joli vin du Sud,sans excès de chaleur.La syrah lui amène en outre quelques épices douces.

J’espère qu’il vous inspirera…En tous cas,amusez vous bien!

29 mars 2008 at 1:00 Laisser un commentaire

Tagine aux citrons confits

J’avais envie de vous livrer cette recette toute simple qui à défaut de faire venir le soleil le met dans les assiettes…Il vous faut un beau poulet

Quatre citrons confits

Deux citrons frais

Deux à trois louches de bouillon de poulet

Une cuillère à soupe rase de Ras el Hanout

Une cuillère à café de curcuma

De la coriandre fraiche

Deux gros oignons

Du miel

Huile,sel et poivre du moulin

Faites d’abord colorer les oignons débités en rondelles à la poële.Quand ils sont dorés,égouttez les et réservez.Ne rincez pas la poele ,rajoutez y un peu d’huile ,et dorez maintenant le poulet que vous aurez préalablement découpé.Retirez ensuite le poulet et ajoutez les épices dans la poele,laissez torréfier puis arrosez de votre bouillon.

Placez maintenant poulet,oignons et bouillon aux épices dans un plat à tagine(on peut aussi utiliser une cocotte couverte à four doux).

Pressez les citrons frais et arrosez votre préparation.Laissez cuire une bonne heure et demi,ensuite ajoutez les citrons confits en quartier,et rectifiez l’acidité avec du miel.Laissez cuire encore une heure.Au moment de servir,parsemez de coriandre effeuillée.Vous pouvez accompagner d’un peu de semoule ou bien d’une bonne purée à l’huile d’olive.

Pour le vin,vous avez le choix:en blanc un beau sauvignon de Loire ou de Nouvelle Zélande,qui prolongera les notes citronnées du plat,

en rosé un cotes de Provence,ou un Languedoc pour jouer sur l’idée de cuisine du soleil.

en rouge,vous pouvez aller vers un Beaujolais type morgon ou un pinot noir d’Alsace,sutout pas de vins taniques!

29 mars 2008 at 12:59 Laisser un commentaire


Articles récents

Catégories